IL EST GRAND TEMPS DE RÉAGIR FACE À LA SOMBRE RÉALITÉ QUE LES MARQUES TENTENT DE NOUS CACHER.

Foulette est une marque écoresponsable qui répond avant tout au besoin de changer la manière dont nous consommons. L’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde. En achetant des vêtements produits par la fast fashion, nous contribuons tous à la destruction de la planète. La culture des matières premières nécessaires pour fabriquer un vêtement, par exemple le coton, utilise 25% des pesticides utilisés dans le monde. Ces produits chimiques polluent les sols et sont extrêmement nuisibles pour les populations environnantes. Ensuite, pour colorer les vêtements, il faut tremper les fibres du tissu dans des bains colorants très nocifs. Les ouvriers, parfois très jeunes, n’ont aucune protection contre les émanations toxiques et travaillent 7 jours sur 7 dans les usines. C’est à Guaro, en Chine, qu’est fabriquée une grande partie de la lingerie que nous achetons en Europe. Ateliers familiaux, usines et marchés consacrés à la vente de sous-vêtements envahissent les rues. Les enfants travaillent la nuit à la confection de soutien-gorge pour gagner 20 à 30 yuans soit 2 à 3 euros. Cancers, maladies de la peau et des voies respiratoires, problèmes de fertilité, travail forcé des enfants, il est grand temps de réagir face à la sombre réalité que les marques tentent de nous cacher. 

Foulette propose des culottes uniques fabriquées à partir de foulards. En changeant l’utilité du foulard, nous allons créer à partir de l’existant et donc éviter la surproduction. Pourquoi créer de nouvelles matières quand ce qui existe est déjà si beau ? C’est le principe de l’upcycling : redonner à un produit fatigué la chance de devenir lui-même un nouveau produit. Aujourd’hui, en France, aucune marque de lingerie pour femmes ne propose de réutiliser des tissus déjà existants. En redonnant vie aux foulards endormis, nous voulons faire entrer nos clientes dans un univers indémodable où le passé embrasse l’avenir. Nous aimerions qu’elles puissent s’enthousiasmer pour une nouvelle forme de mode, une mode plus juste et plus responsable. 

Même si notre impact ne sera sûrement pas suffisant pour révolutionner la mode, nous voulons participer à laisser le monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand nous y sommes venues. Le fait d’attaquer un immense problème nous donne l’énergie d’entreprendre. Toutes les actions ont un impact, mêmes les plus petites. Chacun peut faire, chaque jour le choix de la société dans laquelle il veut vivre : « Si vous avez l’impression que vous être trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir. » disait le Dalaï Lama. Chaque jour, chacun contribue à bâtir le monde de demain.